JaponaisAnglaisFrançais
Totoro Times

Pyongyang, la Corée du Nord… Ces noms ont toujours eu pour moi une résonance mystérieuse. À quoi peu donc bien donc ressembler la capitale d’un pays aussi fermé ? Comment les gens peuvent-ils vivre dans cette grande ville sous les griffes de dictateurs semi-dieux et immortels tout en étant au beau milieu d’un monde moderne en ébullition ? Je rêvais de voir ça de mes propres yeux. Après la Corée du Nord en train, Kaesong et la DMZ, découvrons Pyongyang.

Morning View of Pyongyang

Pyongyang, a welcoming sight.

Levé le matin tôt à Pyongyang, pour une petite marche non accompagnée : nos guides vont arriver d’ici une petite heure, et c’est quand-même agréable de pouvoir marcher un peu sans eux. Nous n’irons pas bien loin cependant : l’hôtel Yanggakdo est situé sur une île reliée au reste de la ville par des ponts, et il est hors de question de tenter la folie en les traversant.

International Cinema Hall in Pyongyang

International Cinema Hall. Uniquement du cinéma soviétique je présume. Je ne saurais pourtant leur conseiller le “Tombeau des Lucioles” en tant que comédie.

Nos guides arrivent très vite : ils ne nous l’avaient pas dit mais dorment dans le même hôtel ! L’un d’entre-eux à pourtant affirmer vivre tout près du centre de Pyongyang, alors pourquoi sont-ils là ? Pour nous surveiller ? Je suis mauvaise langue, c’est bien-sûr pour veiller à notre sécurité.

dprk, north korea

Lonely Walker in Pyongyang

Personne ne travaille aujourd’hui, il semblerait que ça soit un jour de congé. C’est une belle journée ensoleillée mais glaciale (-14 degrés) et la batterie de mon appareil photo gèle alors il faut que je la remplace toutes les 20 minutes par une autre.

Grand Theatre in Pyongyang

Grand Theatre.

Le premier endroit auquel on se rends est le Grand Théâtre de Pyongyang. Le bâtiment n’est pas moche, plutôt coloré mais en y regardant de plus près on se rends compte qu’il est mal entretenu, surtout le toit. Voici les films à l’affiche :

  • Parle, Forêt! (Opéra Révolutionnaire)
  • La Fidèle Fille du Parti (Opéra Révolutionnaire)
  • La Chanson du Mont Kumgang (Opéra Révolutionnaire)
  • Seonghwangdang (nom d’un temple) (Opéra Révolutionnaire)
  • Colère Sanglante Avec Dix-Milles Pays (Drame Révolutionnaire)
Movies Posters in Pyongyang

Le cinéma est, à ce qu’ils disent, gratuit. Avec une telle affiche, il vaut mieux.

Il n’y a aucun traffic dans la rue, peu de feux de circulation. Des gens se promènent, assez tranquillement. On est très loin du stress des grosses mégalopoles. La lumière matinale est douce, apaisante, et d’un oeil peu attentif on pourrait presque se croire sur un boulevard de Beijing sans trafic. Mais cela s’arrête au delà des premières impressions.

Busy Street in Pyongyang

주체101: C’est le 101ème Juche (nom de la philosophie politique de Kim Il Sung, qui permet également de compter les années).

Des familles se promènent, on voit des gens dans des bus (sans lumières), tout paraît presque normal. Seul bizarrerie : la rue est un axe très central mais elle est pourtant dénuée de tout commerce ou restaurants. Rien n’est vendu à l’extérieur, il n’y a pas de marques, pas de publicité…

Camera Shop in Pyongyang

Le Magasin Photo de Pyongyang. 예술 사진: Photo d’art. 제작: Production. 증명서: Photo d’identité. 수복 사진: Photo d’anniversaire. 비닐 도포: Développement. 수자식 사진: Photographie numérique. Mais… les photos de mariages chères aux asiatiques… on s’en fout ?

Mais l’on trouve en fait des sortes d’enseignes, toutes similaires et plutôt explicites. Les commerces sont apparemment tous comme ceux-là, l’intérieur toujours caché par un rideau épais. Il n’est pas évident que quelque-chose s’y trouve à chaque fois : les quelques magasins où l’on rentre sont soit fermés soit quasiment vides. Il y en a même un où le compteur électrique a disjoncté et il a fallu le visiter avec une lampe torche ! Et bien-sûr, on ne voit personne les visiter. Le principe du magasin avec sa vitrine alléchante et ses promotions saisonnières n’a pas sa place ici de toute façon.

On arrive au Kim Il-sung’s Square où tous les bâtiments gouvernementaux se trouvent. Je ne suis pas sûr que Karl Marx eut beaucoup apprécié de voir son portrait sur le “Government Complex Number 2″ ! Au dessus est écrit : 영광스러운 조선로동당 만세! Longue vie au Parti Des Travailleurs Coréens !

On peut lire ensuite d’autres slogans à la verticale :

  • 경애하는 김정은 동지의 령도따라 주체혁명위업을 끝까지 완성하자! Poursuivant la direction de notre respecté et adoré camarade Kim Jong-un, achevons la Grande Révolution !
  • 위대한 김일성동지와 김정일동지는 영원히 우리와 함께 계신다! Les grands camarades Kim Il-sung et Kim Jong-il vivront avec nous pour l’éternité !

Kim Jong-il étant mort et embaumé depuis quelques semaines, c’est toutefois la seule mention du petit gros nouveau (Kim Jong-un) que nous ayons vu. Il est autrement complètement ignoré par nos guides, sa photo ne figure nulle part, et on l’aperçoit simplement aux nouvelles à la télévision (que nous pourrions sérieusement baptiser “Le Dix Minutes” tellement c’est ridiculement court, ou… ridicule tout court).

Government Building in Pyongyang

Salut Karl. Tu es un peu le timbre sur la carte postale où il y a des gens qui crie famine quand ils ne sont pas forcé à pleurer le décès d’un leader qui dépensait 1,700 euros chaque jour rien que pour se mettre une tête au Cognac.

Voici ce qui semble être le bâtiment principal de Pyongyang : le Grand People’s Study House. Nous irons en faire un tour (et explorer son toit, bien-sûr) plus tard.

Grand People's Study Palace in Pyongyang

Grand People’s Study House.

Il semblerait que le bleu-turquoise soit une couleur très appréciée à Pyongyang. La plupart des bâtiments et des monuments utilisent cette couleur, surtout pour les toits. C’est la couleur de l’autorité tranquille. On la ressent très bien d’ailleurs par nous-même : en ville, les dirigeants sont toujours représentés ici avec de grands sourires béats à faire pâlir Tonton Colgate, mais le peuple lui, se rassemble toujours sous des aspects révolutionnaires, prêt à désosser le premier chien énemi qui passe. Heureusement que nos pères sont là, la force tranquille, la loi et l’ordre.

Pendant ce temps, Kim Jong-il, fervent amateur de pittbull, se les faisait livrer en direct depuis les États-Unis afin de les déguster et d’en acquérir la force et santé qu’on lui connaissait.

Pyongyang Center

Au loin, “우리는 행복해요, nous sommes heureux”. Comme ça, c’est clair, il n’y a pas débat.

Beaucoup de constructions sont en court de préparation pour le 100ème anniversaire de Kim Il-sung (Juche 101). Comme il est immortel, il pourra évidemment revenir et apprécier l’étendue de bâtiments vides.

Étrangement, Kim Jong-il lui n’a pas eu droit au grââl et ne pourra donc pas profiter du nouveau paysage. En contrepartie, il n’était pas pour lui nécessaire d’aller aux toilettes : d’après sa biographie, il ne déféquait pas ! Chacun a ses supers pouvoirs. Kim Jong-un, par contre, on ne sait pas encore très bien ce que c’est.

Muddy Building in Pyongyang

Un building pas très droit et tout de boue vêtu.

Ces bâtiments seront également prêts à accueillir les frères coréens du sud qui viendront bientôt en masse. Une fois qu’ils seront libérés des américains impérialistes et de leur marionnette de président, bien-sûr !

Stand-up in Pyongyang

Ah non, ça ne va pas se passer comme ça ! Les “10,000 pays” vont prendre cher !

Nous visitons ensuite la Tour du Juche, depuis laquelle on peut apprécier une vue d’ensemble de Pyongyang. Super, j’y cours ! Mais d’abord, c’est quoi ce “Juche” ?

Le Juche, c’est l’idéologie officielle de la Corée du Nord. Il y en a des supporteurs dans tous les pays (même la France) mais j’en ai comme un gros doute. Elle a été crée par Kim Il-sung dans les années 30. En voici les 3 principes fondamentaux (également connu sous le nom des “3 Pattes du Grand Chat”).

Juche Tower Go Go Go in Pyongyang

Go, go, go!

Le Chaju : L’indépendance en politique.
Ne demande l’avis à personne avant de tirer, comme ça tu peux tirer le premier. C’est la force du Faible, mais aussi celle du Malicieux ou encore… celle du Coquin !

The Old and the Ryugyong in Pyongyang

The Old & The Ryugong.

Le Charip : L’autosuffisance économique.
Comme nous le verrons plus tard, la Corée du Nord a non seulement sa propre centrale électrique qui alimente tout le pays mais également une ferme à autruches immense au top de la technologie qui permet de nourrir tout le pays.

Massive Buildings in Pyongyang

Hey ! On copie par sur ses voisins !

Le Chawi : Force d’auto-défense.
La Corée du Nord est le pays le plus militarisé du monde. Il suffit de regarder autour de soi, il semblerait que la plupart des habitants soient des militaires, surtout à l’extérieur de la capitale. À moins que les costumes militaires soient la trend du moment.

Il fait froid (tout est gelé) mais la vue est très agréable. Au fond, c’est la tour radio de Pyongyang, et en bas, un pont où l’on voit tous les petits nord-coréens se rendre au travail, ou en revenir (mais pas trop petits car ceux-ci ont été envoyés sur des îles lointaines afin de mettre un terme à leurs gênes embarrassants, l’eugénisme a encore sa place ici).

Frozen View in Pyongyang

Une vue gelée.

Cette pyramide géante fût en fait la curiosité qui m’a donner envie de découvrir le pays. J’ai passé des heures à rechercher des informations et des photos dans le passé. Elle brille, elle est resplendissante, mais ce ne fut pas toujours le cas.

Ryugyong Hotel Street in Pyongyang

Ryugyong Hotel Street.

Le Ryugong Hotel fut construit en réponse à la construction de l’hôtel le Stamford par les frères coréen du Sud. En 1986, ce dernier était le plus grand hôtel du monde et la Corée du Nord se devait d’y répliquer. Malheureusement, un soudain manque de fonds transforma le Ryugong Hotel en ruine abandonnée en 1992. La construction ne fut reprise que très récemment, avec l’aide généreuse d’un investisseur égyptien (“aucun rapport” rajoute la guide) et l’hôtel sera apparemment utilisable dès l’été 2012. En attendant, il est interdit de s’en approcher.

Workers Party Monument in Pyongyang

조선인민의 모든 승리의 조직자이며 향도자인 조선로동당 만세! Longue vie au parti des travailleurs coréen, qui organise et mène toutes les victoires du peuple coréen !

Nous sommes maintenant devant le Monument de la Fondation du Parti des Travailleurs. C’est le parti qui règne sur la Corée du Nord depuis sa création en 1949 par président éternel Kim Il-sung. Juste avant la mort de celui-ci, le déclin du parti commença, surtout causé par les brides inhérentes aux principes du Juche (que la Corée du Nord n’aurait l’humilité de rompre).

C’est à ce moment périlleux que Kim Jong-il prit les rennes du pays qu’il continua d’assécher à petit feu, tout en donnant l’air de bien apprécier les joies de la vie (plusieurs femmes, un excellent sushi-chef, les bonnes boissons, du chien gastronomique, du golf, du cinéma, des voyages, etc). Depuis Kim Jong-il, aucun congrès du parti n’a eu lieu alors qu’il y est censé en avoir un tous les 5 ans.

Flowers for Kim Jong-il in Pyongyang

Des fleurs pour Kim Jong-il. Dommage qu’il ne puisse pas les manger.

Bow at Kim Jong-il in Pyongyang

Courbettes.

On retrouve une nouvelle fois les armes bien connues du parti : le marteau (le travailleur), le pinceau (l’intellectuel), et la faucille (l’artiste). Pour tenter de régulier la balance de ce pays en totale perte de vitesse, on y a alors ajouté également la perte de contrôle, aucune liberté, aucun droit. Les nord-coréens sont les parts d’une machine défaillante, mais vénèrent pourtant leurs leaders, et rares sont ceux qui le réalisent et tentent de s’en réchapper.

Les locaux ne faisaient pas semblant devant ce monument, saluant Kim Jong-il une dernière fois. Il faut le voir pour le réaliser,  mais ils ont les yeux qui brillent ! Je suis maintenant certain qu’ils ont vraiment pleuré le jour de sa mort. C’est effrayant. Ce voyage était un peu comme un jeu jusqu’à maintenant, mais je réalise que notre présence ici est aux frontières de leur tolérance, et tout est pris très au sérieux.

Radio Tower in Pyongyang

Un des centres de Pyongyang.

On se balade ensuite bien plus loin, autour d’un parc d’attraction où tout le monde rentre. Il ne marche pas en hiver, mais les portes sont ouvertes.

North Korean Messiah in Pyongyang

Le Messie.

Il n’y a vraiment pas beaucoup de voitures en villes, la plupart des honnêtes gens utilisent leurs pieds, le métro, ou le bus. Certains ont un vélo mais il semblerait que ce soit les plus riches. À noter que le vélo est une des “fiertés du parti”. Pas les bus, c’est sûr, ils sont complètement cabossés !

Trolley Bus in Pyongyang

Pyongyang trolley bus.

Nous voici à l’entrée du Kaeson Youth Park (개선청년공원). Rien de très intéressant, en fait.

Attraction Park in Pyongyang

Le magasin au fond vends châtaignes et patates douces grillées (군밤 군고구마), mais c’est fermé.

Vous avez remarqué la propreté de la ville ? Nous sommes pas très loin de la maniaquerie nippone ici.

Subway Station in Pyongyang

Station de métro.

Les estropiés sont également rayés du terrain (dès la naissance si c’est possible). Autre curiosité, il n’y a pas de chiens, ni de chats non plus, ils ont dû tous passé au barbecue il y a quelques décennies. Je me demande si ils savent à quoi ces animaux ressemblent ?

Ice-Rink in Pyongyang

Patinoire de Pyongyang.

Le seul animal que l’on a pu voir vivant sont les autruches (vous en verrez une brochette très bientôt). Le jour où la famine disparaîtra, nous les verrons sûrement devenir des animaux de compagnie, il faudra bien en faire quelque-chose ! Imaginez l’ambiance.

Hail Kim in Pyongyang

3대혁명: 3 révolutions. Levons-nous et tâchons d’accomplir la révolution du Juche !

À Pyongyang, les vues les plus flatteuses sont sûrement celles de ces traffic-lady. Ce sont les chefs d’orchestres des rues de Pyongyang et heureusement qu’elles sont là. Le monde entier se passionne pour elles, il y a même des forums fétichistes à leur sujet ! Elles sont en général plutôt jolies, bien bâties, fortes et intelligentes. Rien que ça ! Elles ont aussi droit aux produits de beauté – probablement nécessaire à l’accomplissement de leur travail – et leurs costumes sont le fruit de l’imagination de Kim Jong-il. En été, elles sont toutes en jupes.

Traffic Lady in Pyongyang

Une traffic-lady.

On retourne ensuite sur le chemin de l’hôtel…

War and Music in Pyongyang

혁명의 수뇌부! La Force et l’Esprit de la Révolution! 결사옹위하자! Allons, sacrifions-nous pous notre pays!  결사옹위! SACRIFIONS-NOUS POUR NOTRE PAYS!

… que voici ! Le Yanggakdo Hotel ressemble à un vieux gros robot très sale. Il est quasiment vide, il y a 1,000 chambres mais seulement une dizaines sont occupées. À cette époque de l’année, il y a moins d’une vingtaine de touristes étrangers dans tout le pays.

Yanggakdo Hotel in Pyongyang

Yanggakdo Hotel.

Petit détail intéressant : si on regarde dans l’ascenseur de l’hôtel, le 5ème étage est manquant; je voulais m’y rendre avec les escaliers, mais je ne l’ai pas fait car j’avais déjà vu ce site là avant avec des informations, donc pas besoin d’en rajouter, ça ne vaut peut-être pas le coup de se faire prendre pour aussi peu.

Après un rafraîchissement, je souhaitais absolument mon tour de Pyongyang de nuit, alors c’est parti !

Red Tramway in Pyongyang

Le tramway, les gens écrasés à l’intérieur rentrent du travail.

Nous voici sur un pont qui traverse la Taedong River, et de l’autre côté un marché. Tout est à même le sol, les gens sont sales, c’est la misère, celle qui nous fût cachée pendant toute la journée. Bien-sûr, là, je suis prévenu : mon appareil photo ne fera pas long feu si j’ose prendre une photo. Je m’abstiens, donc.

Street Market Bridge in Pyongyang

Le pont du marché.

On passe devant l’Arc de Triomphe. Je signale à ma guide qu’en France on a le même et elle me réponds simplement : “ah bon”  comme à chaque fois où je lui fais une remarque. Il est très difficile d’approfondir les sujets avec les guides, sauf si on va complètement dans leur sens (ce qui est très ennuyeux). Elle ne sait apparemment pas que ce monument a été calqué sur l’Arc de Triomphe français, et pourtant toutes ses études concernent l’étranger.

Arch of Triumph by night in Pyongyang

Arch of Triumph.

Nous retournons ensuite là où on a été ce matin, au Grand People’s Study House. C’est sûrement le lieu le plus éclairé de tout Pyongyang.

Grand People's Study House by night in Pyongyang

Grand People’s Study House.

Le Koryo Hotel est bien éclairé aussi. C’est le second plus grand de la ville, après celui de Yangakkdo. Les restaurants qui s’y trouvent sont tenus par des Japonais expatriés.

Koryo Hotel in Pyongyang

Koryo Hotel.

Retour à la Juche Tower, bien plus folklorique et impressionnante de nuit !

Juche Tower by night in Pyongyang

The Juche Tower by night.

Je vais finir avec des tentatives de sky-view de la ville de nuit. Pas évident car il y a du brouillard, et les lumières déjà pas très fortes se dispersent.

Ryugyong Hotel in North Korea

Ryugyong Hotel.

Petit zoom sur le Ryugong Hotel malheureusement pas encore éclairé.

Ryugyong Hotel by Night in Pyongyang

Ryugyong Hotel.

J’espère que vous avez apprécié ce petit tour de Pyongyang. Dans le prochain article, nous irons visiter la ferme aux autruches, et les intérieurs ! En attendant… vous remarquez des choses particulières sur les photos ?